Logo CECOP
EN
Address: European Cooperative House
Avenue Milcamps 105, 1030 Brussels, Belgium
Telephone: +32 2 543 1033
Email: cecop@cecop.coop

Plus de 90% des femmes interrogées déclarent s’être senti habilitées, en tant que femme, en dirigeant ou créant une entreprise sociale

15 octobre 2015 English ] [ français ]

Le lobby européen des femmes, la plus grande organisation parapluie des associations des femmes en Europe, a récemment lancé sa première recherche sur les entreprises gérées par des femmes, entreprises sociales incluses, en Europe. Environ 370 femmes ont été interrogées, en Bulgarie, Allemagne, France, Hongrie, Lituanie, Irlande, Italie, Espagne, Suède, et au Royaume-Uni. Les données collectées démontrent que plus de 90% des femmes interrogées déclarent s’être senti habilitées en créant ou dirigeant une entreprise sociale. De plus, 85% de ces dernières estiment qu’elles habilitent d’autres femmes à travers leurs activités d’entreprises sociales.

Sur 377 entreprises, 24 s’identifient comme coopératives ou coopératives sociales. En Italie 10 femmes interrogées sur 31 ont identifié leurs entreprises comme coopérative sociale et en France 10 femmes sur 55 ont répondu être membres de coopératives sociales. Certaines coopératives du réseau CECOP ont été cartographiées et peuvent être recherchées par secteur, pays, ou mot clé, ici : http://westarteurope.org/database/.

De plus, les résultats soulignent que plus de la moitié des femmes entrepreneuses sociales ayant répondu au sondage réinvestissent plus de 90% de leurs excédents dans leurs organisations ou dans une cause sociales, et plus des deux-tiers réinvestissent entre 61% et 100%. D’après l’enquête, « ces chiffres sont très élevés et correspondes aux données indiquant que les femmes ne sont pas motivées par le gain de bénéfices lorsqu’elles créent une entreprise sociale. » Les femmes entrepreneuses sont très présentes dans les secteurs de la santé et le travail social, l’éducation, les services alimentaires, l’information, et la communication. L’enquête confirme que l’un de leur défi principal est l’accès à des financements.

L’enquête a été développée dans le cadre du projet WEstart, un recensement pour mieux comprendre la situation et l’état d’avancement de l’entreprenariat social féminin en Europe.

Plus d’information ici