Logo CECOP
EN
Address: European Cooperative House
Avenue Milcamps 105, 1030 Brussels, Belgium
Telephone: +32 2 543 1033
Email: cecop@cecop.coop

Les coopératives fournissent environ 40.000 emplois aux personnes défavorisées

25 novembre 2013 English ] [ français ]

La mission principale pour des milliers de coopératives est de fournir un emploi durable et de qualité aux plus éloignés du marché du travail. Ces personnes se trouvent alors, de ce fait, en risque de pauvreté. Ces sont les personnes handicapées physiquement ou mentalement, les chômeurs de longue durée, les migrants, les minorités, les anciens détenus, etc... Actuellement, ces coopératives fournis environ 40.000 emplois aux personnes défavorisées qui sont présentes partout en Europe : Italie, Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Bulgarie, Roumanie, Suède, France, Espagne et Royaume-Uni. Par exemple en Italie, les coopératives sociales fournissent des emplois à 32.000 personnes défavorisées et constituent l’un des principaux employeurs pour ce type de travailleurs. En Bulgarie et en Roumanie les coopératives sont le premier employeur pour les personnes handicapées.

Le Commissaire Européen en charge de l’Emploi, des Affaires sociales et de l’Insertion, László Andor a réalisé le discours d’ouverture de la conférence « Les coopératives et l’insertion par le travail des personnes défavorisées » en soulignant que « les coopératives sociales jouent un rôle clé en Europe, elles apportent une vision et une approche nouvelle dans l’économie dominante actuelle. Parmi d’autres, elles ont été capables d’accroître la capacité des groupes de personnes défavorisées à protéger leurs propres intérêts, en leur garantissant l’auto-assistance en dehors de la famille dans l’accès aux biens et services de base. Les coopératives détiennent de puissants outils pour l’innovation sociale ». Il a mentionné la valeur ajoutée de l’adhésion dans les coopératives, en particulier dans les coopératives sociales où les travailleurs aussi défavorisés sont membres de l’entreprise et décident de son avenir. « La contribution considérable des coopératives à l’intégration du travail des personnes défavorisées est l’un des moyens les plus rentables d’atteindre les objectifs de la stratégie Europe 2020 pour l’emploi, l’innovation, l’éducation et l’insertion sociale », a conclu le commissaire. Cette conférence a été co-organisée par CECOP - CICIOPA Europe et Confcooperative-Federsolidarietà, Fédération italienne de coopératives sociales, et a présenté des actions positives venues des quatre coins de l’Europe et mises en place par des coopératives afin de fournir des emplois de qualité et une formation qualifiante aux personnes handicapées et autres groupes vulnérables.

Bruno Roelants, secrétaire général de la CECOP -CICOPA Europe a souligné qu’au cours des dernières années alors que le nombre d’écartés du marché de l’emploi n’a cessé d’augmenter malheureusement en parallèle avec la diminution de budgets nationaux dédiés aux politiques d’inclusion sociale, « les coopératives ont démontré qu’elles contribuaient bien plus qu’à fournir un emploi aux citoyens en situation de vulnérabilité ». A travers des formations qualifiantes et services de soutien adaptés, les travailleurs les plus défavorisés sont en mesure de développer leurs compétences personnelles et professionnelles. Bruno Roelants a conclu : « Grâce à leur modèle participatif, les coopératives permettent aux salariés de prendre part à la gouvernance et au contrôle de leur entreprise – tant qu’ils soient en mesure de le faire – et de cette manière, augmenter leur autonomisation et intégration économique et sociale. ».

Plusieurs expériences concrètes ont présenté leur histoire, comme la coopérative de travail pour les travailleurs en parcours de réinsertion, Juratri (France), la coopérative sociale des travailleurs migrants Ecosviluppo (Italie), Severoceske Druzstvo Zdravotne en République tchèque qui intègrent des travailleurs handicapés et le consortium coopératif pour les ex-délinquants et les toxicomanes Vagen ut ! (Suède).

La conférence s’est conclue par Giuseppe Guerini, président de Confcooperative - Federsolidarietà qui a souligné que : « l’innovation sociale signifie des expériences concrètes » et les coopératives sont prêts à les partager. « Il faut mettre fortement l’accent sur la question de l’entrepreneuriat social et avoir une attention croissante des institutions de l’Union Européenne sur un certain nombre de concepts tels que la mesure de l’impact social, ou de l’investissement social. Ces concepts sont trop souvent seulement de la théorie et révèlent l’absence d’une véritable stratégie pour faire face aux effets dramatiques de la situation socio- économique actuelle. Aujourd’hui, nous avons entendu des histoires concrètes. Les coopératives ont beaucoup d’histoires de ce genre à raconter », a insisté Giuseppe Guerini. « Nous sommes souvent critiqués en raison de la faible attractivité des coopératives pour les investisseurs. C’est vrai mais, dans le même temps, les coopératives ont doublé leurs réserves de capitaux, contrairement à tous les autres types d’entreprises. En plus de cela, dans la mesure de l’impact social que nous devons prendre en compte, les coopératives ne créent pas seulement de nouveaux emplois, mais ils peuvent aussi les maintenir », a conclu Giuseppe Guerini.

Photos par Paloma Cabeza pour CECOP -CICOPA Europe.

Portfolio

    [
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ][
  • ]