Logo CECOP
EN
Address: European Cooperative House
Avenue Milcamps 105, 1030 Brussels, Belgium
Telephone: +32 2 543 1033
Email: cecop@cecop.coop

Les coopératives de travail associé et les coopératives sociales demandent aux ministres de l’UE de s’inspirer des valeurs fondamentales de l’UE lors de l’examen de la crise humanitaire des réfugiés

14 septembre 2015 English ] [ français ]

Depuis janvier 3000 migrants sont morts en Méditerranée, des personnes qui fuient pour la plupart les conflits armés en Syrie, en Erythrée, au Soudan ou en Irak où ils risquent leur vie. La Commission européenne a déjà identifié 120 000 personnes qui ont besoin de toute évidence d’une protection internationale : en l’Italie (15 600), en Grèce (50 400) et en Hongrie (54 000). Aujourd’hui, les ministres européens tiendront un Conseil « Justice et Affaires intérieures » extraordinaire sur la crise actuelle des réfugiés. Comme on peut le voir actuellement dans le Sud de l’Europe, les coopératives aident les réfugiés à avoir une vie plus digne à la fois en leur proposant des services sociaux et d’urgence et en contribuant à leur intégration conformément aux réglementations nationales spécifiques.

Depuis des décennies les coopératives de travail associé et les coopératives sociales ont démontré leur expérience en matière de fourniture de services sociaux aux migrants et dans leur insertion professionnelle. Par exemple, la coopérative sociale italienne Ruah, créée à Bergame en 2009, fournit une assistance de première ligne, psychologique et sociale, une médiation linguistique et une formation professionnelle à une grande variété de personnes dans le besoin, comme les migrants. Depuis 2014 seulement elle a abrité 1000 personnes, y compris des réfugiés de différents pays, auxquels elle a offert ces services sociaux et professionnels pour favoriser leur autonomie et leur insertion professionnelle. Les valeurs coopératives de prise en charge personnelle, de responsabilité personnelle, de démocratie, d’égalité, d’équité et de solidarité ont joué un rôle clé dans la construction du modèle social européen. Ce sont des entreprises centrées sur les personnes et ancrées dans le territoire qui mettent ces valeurs en pratique lorsqu’elles répondent aux besoins de leurs membres. De ce fait, elles recoivent un précieux retour des acteurs impliqués et de la communauté et possédent une forte légitimité sur la manière de répondre aux besoins fondamentaux.

La gestion au niveau de l’Union européenne de la crise humanitaires des réfugiés au cours des derniers mois est un symptôme particulièrement dramatique des contradictions inhérentes au projet européen dans sa configuration actuelle, avec un large fossé entre la dimension économique et monétaire d’une part et la dimension sociale de l’autre, ce qui en fait un problème plus large que la crise des réfugiés en elle-même. Ces contradictions se traduisent par un faible niveau d’efficacité dans la gestion de cette crise et par un affrontement avec les valeurs fondamentales de l’Union européenne, comme le respect de la dignité humaine, la liberté et l’égalité.

Dans le domaine de l’insertion professionnelle, un certain nombre de coopératives de travail associé sont créées par des migrants détenant un permis de travail mais qui se trouvent dans une situation de chômage. Tel est le cas de Los Cabañenses, à Malaga (Espagne), une coopérative du secteur de l’horeca fondée en 2012 par 5 personnes originaires du Paraguay. La création de la coopérative leur a donné les outils nécessaires pour obtenir plus facilement leur réinsertion socio-économique.

« L’Europe à sa part de responsabilité dans les circonstances politiques, militaires et économiques qui poussent les migrants à fuir leur pays d’origine. Nous demandons instamment aux ministres européens de se laisser guider par les principes fondateurs de l’Union européenne lors de la discussion sur la crise humanitaire des réfugiés dans le cadre du Conseil ‘Justice et Affaires intérieures extraordinaire’ de ce jour », a conclu le président de CECOP, Luca Dal Pozzo.