Logo CECOP
EN
Address: European Cooperative House
Avenue Milcamps 105, 1030 Brussels, Belgium
Telephone: +32 2 543 1033
Email: cecop@cecop.coop

L’insertion professionnelle des réfugiés : la formule coopérative

29 février 2016 English ] [ français ]

Depuis sa création, la coopérative sociale Camelot, de Bologne et de Ferrare en Italie, a travaillé sur des programmes pour l’insertion professionnelle des immigrants en ce compris les demandeurs d’asile et les réfugiés. Elle fournit des services dans le cadre du programme italien à long terme SPRAR (1) pour l’intégration des demandeurs d’asile et des réfugiés. En un an, en 2015, la coopérative a suivi 541 adultes et mineurs d’âge dans ses différents établissements de Ferrare et de Bologne.

Elle a fourni des services, y compris le mentorat, tels que des cours de langue italienne, de formation et des stages dans des organisations de la région. Depuis 2011, la coopérative a également géré des programmes d’urgence conformément à la loi italienne.

La coopérative a été créée en 1999 par 12 jeunes et 3 associations ayant une expérience dans le travail social de différentes organisations de la région ; elle emploie aujourd’hui 200 personnes - dont 20 % sont des immigrants. « Dix réfugiés travaillent déjà sur le terrain avec nous. Nous avons un collègue du Pakistan qui est avocat. Au début, il ne voulait pas rester en Italie mais maintenant il travaille avec les mêmes conditions que nous. Certains d’entre eux ont demandé à devenir membres de la coopérative et ils le deviendront bientôt. En attendant, ils participent déjà à la prise de décision de la coopérative » explique Federico Tsucalas qui travaille dans le domaine de l’immigration gérée par la coopérative. « Nous ne sommes pas uniquement des médiateurs et nous pouvons parler de notre expérience : ils nous font par conséquent davantage confiance. Ils sont des membres de valeur de notre équipe ».

Dix coopératives créées par des réfugiés

Jusqu’en 2014, Camelot a mis en œuvre et coordonné un projet qui visait à encourager les réfugiés vulnérables (victimes de la torture, les personnes handicapées, etc.) (2) à mettre en place leurs propres coopératives. Douze entreprises ont ainsi été créées dont dix étaient des coopératives. Le projet comprenait l’organisation de cours de formation sur les principes coopératifs et la façon de gérer ce genre d’entreprise. À Ferrare, trois réfugiés ont créé une coopérative de services de sécurité. « Un problème existe aujourd’hui concernant l’autonomie au cœur de ces entreprises : les travailleurs eux-mêmes ne sont pas autonomes, leurs besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits », dit Tsucalas.

Lorsqu’on lui a demandé comment les coopératives sociales pouvaient aider à l’intégration des immigrants, Tsucalas a souligné que le processus doit d’abord être mis en place sans les coopératives : « les immigrants doivent d’abord former leurs propres communautés : de cette façon ils peuvent commencer à coopérer entre eux, avec les coopératives ensuite. Les coopératives sociales en particulier, peuvent jouer un rôle » Il souligne également la nécessité pour les structures d’avoir à leur tête des personnes plus jeunes : « elles peuvent mieux comprendre la façon de contribuer des étrangers. Nous ne pouvons pas perdre leur potentiel. Ce n’est pas une question de charité : nous les employons parce qu’ils sont bons. Peu à peu, les coopératives comprendront que les immigrants constituent une grande ressource. Si nous voulons que notre secteur soit productif nous devons comprendre que nous ne pouvons pas les abandonner ».

Plus d’informations : http://wp.coopcamelot.org


(1) SPRAR (Sistema di Protezione par Richiedenti Asilo e Rifugiati. Financé par le Ministère de l’Intérieur par le biais du Fonds National pour la politique d’Asile et de Services, son objectif est de soutenir et de protéger les demandeurs d’asile, les réfugiés et les immigrants qui relèvent d’autres formes de protection humanitaire.
(2) www.programmaintegra.it/wp/programma-integra/progetti/re-startup-rete-nazionale-per-la-creazione-di-imprese-cooperative-di-titolari-di-protezione-internazionale-vulnerabili-modulo-1/