Logo CECOP
EN
Address: European Cooperative House
Avenue Milcamps 105, 1030 Brussels, Belgium
Telephone: +32 2 543 1033
Email: cecop@cecop.coop

Le Parlement européen appelle à la promotion des coopératives

26 janvier 2017 English ] [ français ]

CECOP accueille favorablement la résolution du Parlement européen du 19 janvier 2017 sur le « Pilier européen des droits sociaux », présentée par la députée européenne Maria Joao Rodrigues (S&D) qui reconnaît que les coopératives font partie intégrante de l’économie sociale et appelle à la promotion de l’économie sociale. Le texte indique que les coopératives, ainsi que d’autres entreprises d’économie sociale, offrent un bon exemple en matière de création d’emplois de qualité, de soutien à l’inclusion sociale et de promotion d’une économie participative. Cette position correspond parfaitement à ce qu’avait déjà déclaré Giuseppe Guerini, président de CECOP : « Le pilier devrait soutenir les initiatives de démarrage et d’extension des coopératives et de l’économie sociale dans une logique de développement local et régional et devrait donc être l’une des principales priorités du pilier ».

Le Parlement européen appelle également à prendre des mesures adéquates pour assurer la disponibilité et l’accès pour tous à des services sociaux d’intérêt général de bonne qualité et abordables, ainsi qu’à d’autres services d’intérêt général ; il souligne le rôle important des entreprises d’économie sociale dans la fourniture de ces services. Rendre le marché du travail plus inclusif. C’est ce que CECOP a également demandé.

Mesures d’austérité

Bien que le texte souligne que l’Union européenne doit répondre à une frustration croissante et aux préoccupations exprimées par de nombreuses personnes concernant les perspectives de vie incertaines, le chômage, les inégalités croissantes et le manque d’opportunités, en particulier pour les jeunes, nous regrettons que le Parlement européen n’ait pas mis l’accent sur la nécessité de mettre fin aux politiques strictes d’austérité en cours dans l’Union européenne. CECOP a insisté dans sa position qu’il est inutile d’établir ce pilier sans se concentrer simultanément « sur le niveau croissant des inégalités dans l’Union européenne et sans mettre fin aux strictes politiques d’austérité qui favorisent de telles inégalités et limitent fortement les politiques très sociales que le pilier est censé promouvoir ».

Les conditions de travail
Il convient également de souligner que la résolution appelle à la promotion des modèles économiques de l’économie sociale dans sa section sur les conditions de travail dans l’Union européenne. Cela correspond à ce que le président de CECOP, Guerini, avait déclaré précédemment : « Les coopératives peuvent être considérées comme un modèle de référence : pour les coopératives, la flexibilité signifie s’adapter à la situation du côté de la demande, sans modifier les conditions salariales de telle sorte que les droits sociaux des travailleurs continuent d’être garantis, sans licenciements, et avec la participation des personnes qui forment la coopérative. Sur la base de cette expérience, nous croyons que le travail flexible, dans les termes où nous le comprenons, peut être propice à la promotion de l’Europe sociale » a déclaré Guerini.

Nous regrettons que, bien que la résolution reconnaisse pleinement la croissance de la précarité (contrats zéro heure, impact des plateformes numériques, etc.), elle ne reconnaît pas explicitement que l’économie informelle se développe en Europe. Parallèlement, nous nous félicitons que la résolution propose « des outils concrets et spécifiques et une proposition de directive-cadre sur des conditions de travail décentes dans toutes les formes d’emploi, en étendant les normes minimales existantes à de nouvelles formes d’emploi » : ce que la CECOP avait demandé dans sa position. Cependant, l’accent n’est pas suffisamment mis sur les mesures de prévention.

En outre, la résolution ne dit pas clairement que le pilier devrait être étendu à l’ensemble de l’Union européenne et propose qu’il soit facultatif. Dans leur position, les coopératives industrielles et de services ont souligné que le pilier devrait être étendu à l’ensemble de l’Union européenne : « nous ne comprenons pas les raisons pour lesquelles il devrait se limiter à la zone euro qui se concentre sur l’union monétaire ».

Articles liés :
résolution du Parlement européen du 19 janvier 2017 sur un Pilier européen des droits sociau ;
position de CECOP sur le Pilier européen des droits sociaux.