Logo CECOP
EN
Address: European Cooperative House
Avenue Milcamps 105, 1030 Brussels, Belgium
Telephone: +32 2 543 1033
Email: cecop@cecop.coop

Coopératives sociales : la charte pour la promotion de l’insertion durable des immigrants en Italie

4 mars 2016 English ] [ français ]

Avec l’explosion des conflits en Afrique et au Moyen-Orient le nombre des personnes qui quittent leur pays d’origine et qui demandent l’asile en Europe a augmenté de manière significative et l’Union européenne elle-même n’y était pas préparée. Le débat politique général s’est considérablement centré sur la fermeture de l’espace Schengen, une mesure qui semble être la réponse à l’immigration et à la menace terroriste même si elle aura de graves conséquences sur la vie des citoyens européens, elle va en effet menacer sérieusement l’économie du marché intérieur et mettre en danger l’Union européenne elle-même.

Valerio Pellirossi, Federsolidarietà

« Un débat sérieux est nécessaire sur l’efficacité des politiques nationales et européennes en matière d’immigration parce que l’insertion peut être beaucoup plus approprié que l’exclusion, à la fois sur le plan économique que social. Encore une fois, certaines solutions peuvent être trouvées sur le terrain. En Italie, il existe des centaines de coopératives sociales disséminées dans tout le pays qui procurent des abris aux demandeurs d’asile et du travail pour l’intégration des immigrants », explique Giuseppe Guerini, Président de Federsolidarietà, la plus importante fédération italienne des coopératives sociales.

Federsolidarietà a récemment établi une charte nationale « Carta Etica e Valoriale per l’accoglienza dei migranti » afin de promouvoir une action commune des coopératives sociales et de l’administration publique pour une insertion plus efficace des immigrants et pour éviter l’émergence de conflits sociaux. La Charte sera une porte ouverte facilitant la planification et la mise en œuvre des politiques d’immigration entre les administrations locales et centrales et les acteurs locaux.

« La charte est basée sur quelques éléments essentiels affirmant que les immigrants devraient être hébergés dans des petits centres gérés avec la participation à différents niveaux des acteurs locaux. De la même manière elle constate que des mesures sociales visant à fournir une assistance de premier niveau aux immigrants (médiation culturelle et aide psychologique, formation professionnelle, apprentissage de la langue, etc. » sont plus importantes que la fourniture d’un toit et d’un lit » insiste Guerini.

L’expérience des coopératives sociales de Federsolidarietà a démontré que là où la priorité est accordée à la participation des communautés locales, à l’aide et à la médiation culturelle, là apparaissent le moins les conflits sociaux.