Logo CECOP
EN
Address: European Cooperative House
Avenue Milcamps 105, 1030 Brussels, Belgium
Telephone: +32 2 543 1033
Email: cecop@cecop.coop

Bâtir l’égalité des genres par le biais des coopératives

27 mai 2011 English ] [ français ]

Le 8 mars dernier, on commémorait le centenaire de la journée internationale des femmes. Pour marquer cet évènement, Travailler Ensemble revient sur le rôle crucial des femmes dans les coopératives de travail associé.

Malgré les signes de progrès constatés en matière d’égalité des genres au cours de ces 15 dernières années, le Bureau International du Travail (BIT), constate qu’il existe toujours un écart significatif entre les hommes et les femmes en terme d’offres d’emploi et de qualité de celui-ci. En revanche, les femmes ont toujours été présentes en nombre dans les coopératives de travail associé parce que ce modèle économique combine viabilité économique et responsabilité sociale. La coopérative de femmes d’agrotourisme « To Kastr »’, en est un exemple. Depuis 2000, Anna Darzenta et 27 femmes au foyer se sont associées pour lancer leur propre entreprise de restauration dans l’île grecque de Syros où l’on note un fort taux de chômage. Le programme EQUAL pour les entrepreneurs féminins, financé par le Fonds social européen, les a aidées.

« Avec une éthique égalitaire, une prise de décisions participative, la copropriété et la poursuite d’objectifs qui vont au-delà du profit, les coopératives offrent des opportunités aux femmes dans les économies locales et dans les sociétés du monde entier », a déclaré le secrétaire général de L’ONU Ban Ki-moon à l’occasion de la journée internationale des coopératives de l’an passé, dont le slogan était ’Les entreprises coopératives responsabilisent les femmes’. Au sujet de l’égalité des genres, il souligne aussi que l’approche coopérative est non seulement un modèle économiquement durable, mais aussi un système entrepreneurial dans lequel on trouve des indicateurs d’égalité entre hommes et femmes plus importants que dans les autres types d’entreprises. Selon la confédération espagnole des coopératives de travail associé (COCETA), 49 % des personnes employées dans les coopératives de travail associé sont des femmes.
Parmi celles-ci, 39 % occupent des postes de direction, alors que dans d’autres entreprises qui n’adoptent pas ce modèle, le pourcentage de femmes qui exercent cette fonction atteint à peine 6 %.

Innova Vegetalia del Mar

En Italie, selon ANCPL-LEGACOOP, la présence des femmes dans les coopératives de travail associé dans l’industrie de la mode atteint 95 %. La coopérative ’CAPA de Stienta’ (Rovigo), en est un exemple significatif : elle réunit une centaine de travailleuses, presque toutes membres, et est la principale productrice de la gamme Dolce & Gabbana, générant un chiffre d’affaires annuel de plus de trois millions d’euros. Dans d’autres secteurs où les femmes sont moins nombreuses, comme la métallurgie, l’industrie chimique et la papeterie, on constate que 20 % des femmes occupent un poste de direction. De plus, au cours de ces six dernières années la présence féminine dans le secteur industriel a augmenté de manière significative tant du point de vue qualitatif que quantitatif.

La New Zealand China Friendship Society (NZCFS) et le Comité International pour la Promotion des Coopératives Industrielles de Chine (ICCIC), ont lancé un projet avec la fédération des femmes de la province de Shaanxi, pour encourager la présence des femmes chinoises dans les coopératives. La première phase de formation est terminée et le vice-président d’ICCIC, Dave Bromwich, indique que « les coopératives donnent aux femmes une opportunité d’exercer un rôle de dirigeant et les aident à développer leur confiance en elles ».

Tandis que l’économie mondiale fait face à des défis difficiles, les coopératives fournissent un service de valeur à de nombreuses femmes, particulièrement à celles des communautés vulnérables. Le modèle économique coopératif est plus résistant en situation de crise que les entreprises capitalistes en raison même du fait que les travailleurs sont propriétaires de l’entreprise et que ce modèle prévaut sur le capital individuel puisque les profits sont partagés dans une approche collective.

par Leire Luengo pour Work Together